Jean Castex : le plan de relance sera présenté le 3 septembre

Olivier Sancerre

Jean Castex a dévoilé mercredi 26 août quelques unes des grandes lignes du plan de relance qui sera finalement présenté le 3 septembre. Il est aussi revenu sur la polémique des masques dans les collèges et lycées.

Pas de masques gratuits pour les écoles
Le plan de relance doté de 100 milliards d'euros sera finalement présenté le jeudi 3 septembre, alors qu'il aurait dû être dévoilé le 25 août. Une grosse semaine de retard sur la date prévue, afin de mieux préparer la rentrée scolaire en temps de pandémie. Lors de son grand oral de rentrée sur France Inter, Jean Castex est revenu sur la polémique du moment autour de la non-gratuité des masques pour les élèves des collèges et des lycées, où le masque sera pourtant obligatoire : le gouvernement cible « les vulnérables à la maladie et les plus précaires ». Ce faisant, il en fait davantage qu'ailleurs : « je le dis à toutes et à tous, on est déjà bien en avance de ce que font tous les pays qui nous sont voisins », a déclaré le Premier ministre.

Le gouvernement n'entend pas « payer des masques à des familles qui n'en ont pas besoin », en revanche pour toutes les personnes vulnérables au virus, il suffit d'une prescription du médecin pour obtenir gratuitement un masque. Concernant le report de la présentation du plan de relance, Jean Castex a expliqué que plusieurs des mesures inscrites ont déjà été mises en œuvre : « Nous avons déjà versé l'augmentation de l'allocation de rentrée scolaire en anticipation de l'annonce du plan, c'est tout à fait concret ».

Le plan de relance, en plus du reste
Le locataire de Matignon a ajouté : « On ne va pas commencer à s'occuper de l'économie française et à l'impact de la crise sanitaire sur l'économie française avec le plan de relance, on le fait depuis des mois ». Une manière de rappeler que l'État a déjà mis 460 milliards d'euros sur la table depuis le confinement pour les mesures de soutien. Le plan vient dans la continuité de dispositions « extrêmement ambitieuses pour les Français et l'économie française », a-t-il rappelé.

Un des axes du plan de relance, c'est la culture. 2 milliards d'euros y seront consacrés, un choix politique qualifié d'« inédit » par le Premier ministre pour qui le secteur de la culture est « une activité économique ». Et celle-ci a souffert durant la crise, « plus que d'autres ». L'État compensera la perte de recettes due aux mesures sanitaires. Une rencontre aura lieu ce jeudi entre la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, et les professionnels du spectacle.