Retrait soudain de Deliveroo qui ne livrera plus de repas en Allemagne

Marie-Eve Wilson-Jamin

Après quatre ans de service, la plateforme Deliveroo va quitter l'Allemagne et donc arrêter ses livraisons à compter du 16 août pour se concentrer sur d'autres marchés à plus forte croissance.

Deliveroo quitte l'Allemagne
Décision aussi étrange que soudaine pour le Britannique Deliveroo. La plateforme a décidé de quitter l'Allemagne quasiment sans préavis. En effet, la fermeture du service aura lieu le 16 août. L'entreprise, un des leaders du marché de la livraison de repas, indique sa volonté de recentrer ses ressources et ses investissements dans d'autres pays en Europe et dans la région Asie Pacifique.

L'explication la plus plausible est la concurrence subie outre Rhin par Deliveroo, où Lieferando, une filiale du Néerlandais Takeway est bien implantée. Depuis plusieurs mois, le groupe britannique s'interrogeait sur son avenir en Allemagne, évoquant un redéploiement en fin d'année, voire la fermeture du service dans une dizaine de villes. La décision a donc été prise de partir sous d'autres horizons.

Les coursier avertis le même jour que tout le monde
Les coursiers ont été avertis par email lundi 12 août comme tout le monde, soit quatre jours avant la fermeture du site en Allemagne, comme le signale certains tweets de salariés mécontents. L'un d'eux explique : "Avec un préavis aussi court, des centaines de livreurs doivent maintenant faire face à des problèmes majeurs pour gagner leur vie. En vertu de l'emploi en freelance, Deliveroo peut licencier les livreurs dans un court délai et n'est pas obligé d'attribuer des missions même durant la durée restante du contrat".

De son côté, Deliveroo se dédouane de toute responsabilité et affirme qu'elle s'est assurée que des "packages appropriés de dédommagement" seront disponibles pour les livreurs, les restaurants et les employés. Mais rien n'a encore filtré sur les compensations financières accordées aux uns et aux autres. Reste donc à savoir si certains ne tenteront pas d'obtenir des indemnisations plus généreuses devant les tribunaux allemands en raison de la cessation brutale de cette activité.