Tourisme : jusqu’à 3,3 trillions d’euros perdus dans le monde en 2020

Anton Kunin

Mesures de confinement qui restent en place dans certains pays, restrictions de déplacements, baisse du revenu disponible des ménages et faible niveau de confiance des voyageurs potentiels sont autant de freins au fonctionnement habituel du secteur du tourisme.

65% des destinations touristiques dans le monde restent fermées
Les frontières à l’intérieur de l’espace Schengen sont à nouveau ouvertes depuis le 1er juillet 2020, et le tourisme peut enfin reprendre sur le continent européen. Mais la reprise du tourisme dans notre partie du monde ne doit pas nous faire oublier que tel n’est pas le cas partout. D’après le dernier bilan de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), 65% du total des destinations dans le monde (141 destinations) maintiennent leurs frontières complètement fermées au tourisme international. En Afrique, la part de destinations gardant leurs frontières fermées aux touristes s’élève à 85%. Dans les Amériques, 76% des destinations maintiennent la fermeture complète des frontières, cette proportion étant de 67% en Asie-Pacifique et de 92% au Moyen-Orient.

Dans cette situation, une question se pose : de quel ordre sera le manque à gagner dans le secteur du tourisme ? D’après les estimations de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, publiées le 1er juillet 2020, il serait de 1,2 trillion d’euros dans le scénario « modéré », voire 2,2 trillions dans le scénario « intermédiaire » et même 3,3 trillions dans le scénario « catastrophique ».

Les pays très dépendants des revenus du tourisme sont en première ligne
Si les pertes dans le secteur du tourisme sont aussi significatives, c’est parce qu’il n’a cessé de se développer et grandir au fil des années. D’après les estimations de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), le chiffre d’affaires du secteur a triplé ces 20 dernières années, passant de l’équivalent de 434 milliards d’euros à 1,41 trillion d’euros. Pour certains pays, ce développement jadis tant apprécié est révélé être une faiblesse. À Jamaïque, où les revenus du tourisme génèrent 34% du PIB, ce dernier diminuerait de 11% dans le scénario « modéré ». La baisse serait de 9% en Thaïlande, où le tourisme génère 17,7% du PIB. En Europe, les deux pays les plus exposés sont la Croatie (20% du PIB, -8% dans le scénario « modéré ») et le Portugal (19,1% du PIB, -6% dans le scénario « modéré »).

Et on ne parle là que de services touristiques directement, les produits et services associés (restauration, production de souvenirs…) n’entrent pas dans le décompte. La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement rappelle que pour chaque million d’euros de chiffre d’affaires perdu dans le secteur du tourisme, ce sont 2 à 3 millions d’euros qui sont perdus dans les secteurs associés.